Quels sont les sports les plus populaires au Canada ?

Canadian Football FAN

Grâce à ses saisons contrastées, le climat canadien permet la pratique d’une diversité de sports impressionnante. Mais quels sont les sports les plus populaires ? Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas que du hockey sur glace en hiver mais aussi du curling et du ski. Pendant la saison chaude, les Canadiens sont nombreux à jouer au football, au tennis, au soccer et au basketball. Par ailleurs, en plus de la célèbre course de Formule 1 qui attire chaque année une foule de spectateurs, la boxe et les compétitions de l’UFC ont prennent aussi une place de choix dans le cœur des canadiens.

Quels types de sports sont les plus populaires au Canada ?

Le Canada est un vaste pays, à la fois en termes de superficie et de quantité de loisirs qu’on y pratique. Malgré un climat qui peut passer d’un extrême à l’autre, rien n’arrête le canadien lorsqu’il s’agit de sa participation à des activités sportives.

Depuis les premiers jeux autochtones comme le baggataway jusqu’aux plus récents comme la planche aérotractée, les sports canadiens ont évolué et se sont enrichis au fil du temps et de l’exposition à différentes cultures.

À l’origine, la culture autochtone a initié les canadiens d’antan au toboggan, à la raquette, au canot d’écorce et à la crosse, qui demeure aujourd’hui le sport national officiel durant l’été. Les Premières Nations ont aussi inventé une quantité de jeux auxquels ils s’adonnent pour le plaisir ou pour le pari sportif, dont le serpent à neige, les dés et les cartes en écorce de bouleau.

Quant aux colons européens, ils furent nombreux à introduire de nouvelles activités. Les Français auront apporté la lutte et les courses de chevaux. Les Britanniques le cricket et les sports équestres. Quant aux Écossais, l’Amérique du Nord leur doit le golf et le curling, qui a rapidement pris de l’ampleur à l’époque de la Nouvelle-France.

Dès la fin du 19esiècle, on a vu apparaître des groupes plus organisés à l’échelle nationale. Les Canadiens participaient alors à la crosse, au baseball, au hockey bien sûr, mais aussi au rugby et au soccer. Pour un pays avec une histoire aussi courte, le sport a pris une place importante dans le développement d’une identité nationale canadienne.

Par ailleurs, saviez-vous que l’inventeur du basketball était un Canadien? James Naismith enseignait au Massachusetts en 1891 lorsqu’il inventa le sport, mais il n’en était pas moins canadien d’origine. C’est à cette même période que s’est développé le rugby (qu’on appelle maintenant « football », d’abord au Canada puis aux États-Unis.

La participation des femmes quant à elle a évolué principalement après les années 1960. Depuis lors, les Canadiennes ont excellé dans de nombreux sports dont l’aviron, le cyclisme, la natation, le patinage de vitesse, le ski, la lutte et le hockey.

De nos jours, les hommes, femmes et enfants canadiens demeurent amateurs de sport sous toutes ses formes. Non seulement se classent-ils parmi les adeptes les plus actifs au monde, ils sont aussi au top du classement des lecteurs de nouvelles sportives sur Internet et suivent leurs sports favoris à la télévision, en direct autant que possible.

L’une des chaînes de nouvelles sportives les plus populaires au Québec est incontestablement RDS, qui porte une attention toute particulière à couvrir les nouvelles du sport québécois, mais aussi à travers le Canada.


Des hivers tout sauf sédentaires

Des hivers tout sauf sédentairesMême le plus fier des canadiens en vient pafois à se lasser de l’hiver, qui peut sembler s’éterniser alors que pour le reste du monde, la neige et le froid sont choses du passé. Ceci dit, chaque saison amène son lot d’activités qui brise la monotonie, attire une quantité de touristes et dynamise l’économie canadienne.

Avec ses paysages pittoresques, ses montagnes et ses lacs, le Canada a énormément à offrir en toute saison, y compris en hiver. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les sports d’hiver soient si populaires. Pour de nombreux canadiens, la première neige marque le début de la saison du ski, de la planche à neige et bien entendu, du hockey sur glace.


Le hockey sur glace

Le Hockey Aujourd’hui, le hockey est incontestablement l’un des sports les plus populaires au Canada, bien qu’il n’en fût pas toujours ainsi. À l’origine, plusieurs considéraient le hockey comme une « mauvaise variante d’un jeu de balle et de bâton anglais ». Grâce aux influences du rugby et de la crosse, tous deux forts populaires en été, de nouvelles règles comme la mise au jeu, l’usage des buts pour marquer des points et le hors-jeu ont été ajoutés.

C’est au début du siècle dernier que le hockey a dépassé la popularité de la crosse au Canada. Bien que les deux soient aujourd’hui les sports nationaux du Canada, le hockey a conservé un engouement plus constant depuis lors. Des championnats comme la Coupe Stanley pour les professionnels et les coupes Allen et Memorial s’organisent. Après la Deuxième Guerre Mondiale, l’arrivée des télécommunications (d’abord la radio puis la télédiffusion) a décuplé la portée du hockey professionnel, qui a automatiquement généré la fascination des foules.

Les enfants canadiens, garçons et filles, apprennent souvent à patiner à un très jeune âge, comme d’autres apprennent à rouler à bicyclette. Le hockey est omniprésent dans la culture canadienne, à la télévision comme dans les nombreux arénas municipaux. Il demeure le sport le plus populaire et le plus souvent associé à l’identité nationale.

Avec son emblématique « il lance et compte ! » Foster Hewitt a certainement contribué à l’essor du hockey en Amérique du Nord.

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas que les hommes qui s’intéressent à ce sport ; les équipes de hockey féminin sont elles aussi nombreuses, même aux plus hauts niveaux. Les équipes canadiennes ont remporté plusieurs médailles olympiques, championnats et coupes en tout genre, et la population canadienne les supporte sans relâche.

Au Canada, la popularité des nouvelles en lien avec le hockey ne se tarit jamais. Depuis les premières radiodiffusions par Foster Hewitt il y a presque cent ans, le magnétisme des matchs de hockey n’a cessé de se faire sentir dans les médias. Il suffit de jeter un œil au fil d’actualité du site Internet de RDS pour le constater. Vous y trouverez les dernières nouvelles, statistiques, l’horaires des prochains matches et championnats, mais aussi des chroniques et des émissions entièrement dédiées à cette passion nationale.

Si la Ligue nationale de hockey et la Coupe Stanley sont sur toutes les lèvres durant la saison froide, il ne faut pas oublier pour autant la Ligue junior majeur (LHJMQ). Nombreux sont les canadiens qui suivent ces jeunes talents, dont certains deviendront possiblement les héros de leur génération d’ici quelques années. Malgré son nom, cette Ligue fondée en 1969 rassemble aujourd’hui les équipes du Québec, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. Au Québec, chacun encourage ses joueurs étoiles.


Le curling

Le Curling BettingL’immigration a eu une importance capitale dans le développement de certains sports au Canada, et le curling en est un bon exemple. Ce sont les soldats écossais qui ont introduits le curling en Amérique du Nord. Celui-ci a rapidement prospéré, notamment grâce à l’enthousiasme de la communauté écossaise. Le premier club sportif fut fondé à Montréal en 1807, soit 60 ans avant la Confédération !

Au curling, deux équipes de quatre joueurs se font face et tentent de placer des pierres le plus près du centre d’une cible tracée sur la glace.

La popularité du curling repose encore aujourd’hui sur le climat hivernal canadien, mais aussi sur les traditions du jeu et les généreuses donations de mécènes influents.

Les championnats nationaux Brier et Scotties font partie des événements les plus courus du pays. Le curling est aussi le sport féminin le plus télédiffusé. Dans les années 2000, les Canadiennes ont remporté cinq titres mondiaux :

  • Kelley Law (2000)
  • Colleen Jones (2001, 2004)
  • Kelly Scott (2007)
  • Jennifer Jones (2008)

Le ski de fond et le ski alpin

Ce sont les Vikings qui ont amené les premiers l’idée de se déplacer en hiver sur de longs bâtons de bois appelés skath. Il ne serait pas étonnant que les premiers skieurs au Canada ait été eux-mêmes leurs descendants scandinaves. Officiellement, la naissance du ski moderne en Amérique du Nord remonte au milieu des années 1800, lorsque des mineurs participant aux ruées vers l’or commencèrent à se déplacer à l’aide de « patins à neige » d’une longueur allant jusqu’à quatre mètres.

D’un mode de déplacement hivernal, la discipline est devenue une activité récréative pratiquée par plus de quatre millions de canadiens chaque année. Le Canada compte près de 300 stations de ski et planche à neige réparties un peu partout au pays. Ceci dit, dans les dernières années, les stations de Colombie-Britannique et du Yukon ont connu un essor phénoménal.

À l’heure actuelle, le ski alpin est l’un des sports d’hiver les plus populaires au pays. En raison des longs hivers, il va de soi pour les adeptes de s’intéresser aux différentes formes de ski. Il n’est pas rare qu’un skieur pratique également la planche à neige et vice versa.

Quant au ski de fond, sa popularité en tant que loisir s’explique par son coût abordable et la quantité d’endroits au Canada où l’on peut le pratiquer. Plus de 3,5 millions de Canadiens possèdent le matériel nécessaire et près de la moitié d’entre eux s’y adonnent chaque semaine pendant la saison froide. Le ski de fond est aussi une activité physique inclusive quel que soit la forme physique, l’âge ou le niveau d’expérience.

Enfin, dans les dernières années, la planche à neige a pris de l’essor au Canada. Devenue populaire dans un premier temps dans les années 80, la planche à neige a tout d’abord vécu un accueil mitigé sur les pistes, car elle était associée aux rebelles et aux adolescents casse-cou. De nos jours, l’habileté des Canadiens en planche n’est plus à démontrer, aux Jeux Olympiques comme dans les centres de ski.


Les sports d’été

Nous avons parlé de la crosse, mais de nombreux autres sports sont également pratiqués par les Canadiens durant l’été. Ces mêmes paysages enneigés auxquels on pense lorsqu’on s’imagine le Canada depuis l’étranger se transforment en été en parfaits lieux de randonnées, de via ferrata (un mélange de randonnée et d’escalade), de canoë-kayak et de vélo.

De nombreux Canadiens ont investi dans un chalet en nature, qu’ils partagent parfois avec leur famille élargie, ou louent lorsqu’ils n’en profitent pas, afin de pouvoir s’évader de la ville pendant la fin de semaine. Avec des étendues d’eau à perte de vue, les sports nautiques comme la voile ou même la pêche connaissent un franc succès.

Quant aux sports d’équipe, amateurs comme professionnels, la liste est longue.


Le football

Le FootballLe football canadien d’aujourd’hui comporte de nombreuses ressemblances au football américain, à quelques nuances près. Ainsi, au Canada, la taille du terrain est largement supérieure. Quant aux équipes, elles comptent 12 joueurs de chaque côté, contre 11 aux États-Unis. L’équipe offensive n’a que trois essais pour gagner 10 verges et rester en possession du ballon ovale, contre 4 aux USA. Le jeu permet également plus de mouvement des joueurs avant la mise au jeu ; tout joueur du champ arrière offensif peut bouger. Il existe aussi au Canada une zone neutre d’une verge entre les lignes offensives et défensives. On dit du football canadien qu’il serait plus imprévisible, et donc plus excitant, que sa contrepartie américaine.

Ce sont d’ailleurs les canadiens qui ont initié leurs voisins du Sud au football (rugby, à l’époque), à la fin des années 1800. Cet engouement a amené les Américains à délaisser leur passion d’alors, le football que l’on appelle aujourd’hui soccer en Amérique du Nord, pour le ballon ovale et la bousculade typique que l’on associe aujourd’hui au sport. C’est au tournant du 20esiècle que le changement de nom s’officialise et le rugby américain devient le « football », tandis que l’ancien football est renommé « soccer ».

Le fait que ce sport soit lié aux collèges et universités d’Amérique du Nord a certainement contribué à son succès. Au Canada, ce sport est surtout pratiqué dans l’Est, soit au Québec et en Ontario. D’abord développé au niveau amateur, le football est devenu un sport professionnel hautement commercialisé.

Le football canadien est un grand favori et demeure une grosse entreprise commerciale qui, en saison, attire des foules nombreuses. Et pour ceux qui souhaitent rester informés sans pour autant assister aux matchs, la télédiffusion et la couverture médiatique en ligne, notamment par la chaîne RDS, permet d’en suivre les derniers développements où que vous soyez.


Le tennis

Le TennisÀ peu près en même temps que s’est popularisé le football canadien, le Canada a vu naître son premier tournoi de tennis. Au cours des trente dernières années, le tennis canadien est passé d’un sport amateur relativement restreint à une industrie de plusieurs millions de dollars.

Tennis Canada est l’organisme en charge de réguler le sport au Canada. Il s’agit d’un regroupement de dix associations provinciales canadiennes. En tant que membre de la FIT, son objectif est de contribuer à l’avancement du tennis au Canada tant au niveau local qu’international. Tennis Canada organise des évènements pour les joueurs de tout âge et tout niveau afin de stimuler la participation et l’excellence dans ce sport.

D’après Tennis Canada, près de deux millions de Canadiens s’adonneraient à la pratique du tennis plus de quatre fois par an. Parmi ces joueurs récréatifs, plus de la moitié seraient âgés de moins de 25 ans ! Le Canada se considère comme une nation montante du tennis. Au niveau des joueurs professionnels, Eugenie Bouchard est toujours la Canadienne la mieux classée, tandis que chez les hommes, Denis Shapovalov, Milos Raonic et Vasek Pospisil font partie du top 100.

Quant à la relève, des joueurs comme Shapovalov (18 ans), Auger-Aliassime (17 ans) et Andreescu (17 ans) sont certainement une source d’inspiration pour les jeunes Canadiens.

Comme pour la plupart des sports mentionnés ici, vous trouverez sur le site du Réseau des Sports (RDS) une section consacrée aux nouvelles du tennis.


La course automobile

La course automobileLe Canadien Peter Ryan fut le premier à participer à une course de Formule 1 en 1961. Pilote très prometteur, il meurt tragiquement l’année suivante lors d’une course en France.

En août 1967, on assiste au premier Grand Prix du Canada de Formule 1. Avant de s’établir définitivement à Montréal, le Grand Prix alternait entre l’autodrome de Mosport et le circuit du Mont-Tremblant. En 1978, le Grand Prix fut disputé à Montréal, et remporté pour la première fois par un Canadien ; Gilles Villeneuve. Le circuit porte désormais son nom.

La course automobile a connu des débuts moins fulgurants que d’autres sports figurant sur cette liste. C’est seulement dans les dix dernières années, avec l’arrivée des courses de la série CAN-AM et la présentation annuelle du Grand Prix de Formule 1 que son intérêt s’est accru.

En 1994, Jacques Villeneuve, le fils de Gilles, devient le troisième canadien à se démarquer dans ce sport. Il devient rapidement l’un des jeunes pilotes les plus prometteurs de sa génération, et ce sur la scène internationale. Nommé meilleur athlète canadien en 1995, il passe ensuite au circuit de Formule 1 où il obtient le titre de Champion du Monde en 1997.  Jacques Villeneuve est donc le troisième Nord-Américain, derrière l’Américain Phil Hill en 1961 et Mario Andretti en 1978, à remporter le Championnat.

Le Grand Prix attire chaque année une foule de touristes qui génèrent d’importantes retombées économiques pour la ville de Montréal. Le reste de l’été, le circuit est notamment utilisé par les cyclistes.


Le soccer

Le SoccerComme nous l’avons déjà mentionné, le soccer au Canada s’appelait jadis « football », ou plus précisément « football association ». Afin de distinguer le ballon rond du ballon ovale, les Nord-Américains ont finalement opté pour un diminutif du second mot. Soccer provient donc de « association ».

Encore plus que le tennis, le soccer est un sport prisé par les jeunes au Canada. En 2014, plus de 800 000 de joueurs étaient inscrits dans un club, dans toutes les catégories, dont plus de 40 % de sexe féminin. Au Canada, la popularité du jeu est toujours grandissante, tant chez les hommes que chez les femmes, ce qui suit la tendance mondiale. Car contrairement au football Nord-Américain, la FIFA compte 200 nations membres, ce qui illustre bien à quel point le sport est répandu.

Le Canada possède trois équipes dans la Major League Soccer : les Whitecaps de Vancouver, l’Impact de Montréal et le Toronto FC.

De nombreux joueurs canadiens connaissent aussi un succès international :

  • Craig Forrest (Ipswich Town et West Ham United, Angleterre)
  • Paul Peschisolido (Birmingham City, Stoke City et Fulham, Angleterre)
  • Jim Brennan (Bristol City et Notts Forest, Angleterre)
  • Colin Miller (Rangers, Hearts et Dunfermline Athletic, Écosse)
  • Alex Bunbury (Maritimo, Portugal)

Chez les femmes, Charmaine Hooper, qui joue à l’étranger ainsi que pour la Women’s United Soccer Association, est généralement reconnue comme étant l’une des meilleures joueuses de soccer au monde. Christine Sinclair quant à elle a conduit le Canada au titre de la CONCACAF en 2010 et à la médaille d’or aux Jeux panaméricains de 2011. Elle a aussi fait briller son équipe aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et ceux de Rio en 2016.


Le basketball

Le BasketballComme nous le mentionnions plus haut, James Naismith a inventé le basketball en 1891 à l’International Training School du YMCA, au Massachusetts. Entraîneur là-bas, il y a créé ce nouveau sport pour répondre aux besoins d’une activité d’hiver se pratiquant à l’intérieur, qui soit facile à apprendre et se joue à plusieurs. Il souhaitait également confectionner un système de jeu qui mettrait de l’avant l’habileté plutôt que la force brute. Ses réflexions l’ont amené à développer 13 règles de bases qui ont donné naissance au basketball.

Environ un demi‑siècle plus tard, des anciens combattants américains de la Deuxième Guerre mondiale jouent le premier match de basket en fauteuil roulant, dont les Canadiens se sont inspirés. Aujourd’hui, le Canada fait partie des meilleures nations au monde en basketball, tant chez les hommes que chez les femmes, remportant plusieurs Championnats paralympiques et Championnats du monde.

De nombreux Canadiens suivent les matchs de la NBA sur le site de RDS, où les dernières nouvelles sont facilement accessibles.

En 1994, la NBA, la ligue professionnelle majeure aux États‑Unis, a octroyé des franchises àdeux villes canadiennes. Avec les Raptors de Toronto et les Grizzlies de Vancouver, le Canada entrait donc dans le basketball professionnel majeur.

Le basketball reste l’un des sports les plus appréciés des Canadiens. Selon le Canadian Youth Sports Report, en 2014, parmi les nouveaux Canadiens (c’est‑à‑dire les jeunes dont les parents sont nés à l’étranger), le basketball ne serait devancé en popularité que par le soccer.


La boxe

Le BoxeAu Canada, la Fédération canadienne de boxe professionnelle organise les championnats, tandis que des commissions locales régissent les autres combats professionnels. Même si la plupart des bons boxeurs amateurs se tournent vers la boxe professionnelle, beaucoup conservent leur statut d’amateurs pour pouvoir participer aux Jeux olympiques ou aux championnats du monde de boxe amateur.

Bien que controversée à cause de sa violence, la boxe canadienne attire des foules nombreuses dans beaucoup de villes. Le mot court que la plupart des boxeurs viendraient de quartiers défavorisés des grandes ou sont originaires de régions plus pauvres, comme les Maritimes.

Parmi les figures historiques, Sam Langford, né en Nouvelle-Écosse, est souvent nommé parmi les meilleurs poids lourds de tous les temps. En 1955, il a été intronisé au Panthéon des sports canadien. Il est décédé un an plus tard.

Dans les dernières années, les Canadiens ont été plus nombreux à se tourner vers le karaté, le muay thai ou le jujitsu brésilien plutôt que la boxe. Néanmoins, les amateurs de sports télévisés se réjouissent de pouvoir suivre les nouvelles nationales et internationales du sport sur le site Internet du Réseau des Sports ou à la télévision.

Ceci dit, pour trouver la fierté nationale de l’heure en sport de combat au Canada, c’est vers les arts martiaux mixtes qu’il faut se tourner.


Le combat ultime et les arts martiaux mixtes

Le combat ultime et les arts martiaux mixtesAu Canada, il existe un flou réglementaire au niveau de l’encadrement des compétitions amateur de combat ultime. Selon une loi fédérale canadienne, en l’absence d’une commission athlétique provinciale ou d’un organisme semblable, tout duel de sport de combat amateur ne peut être tenu, ce qui retarde l’adoption de ce sport chez les athlètes amateurs.

Ceci étant dit, la popularité des arts martiaux mixtes (AMM) ne se dément pas. Dans les dernières années, le nombre de gymnases spécialisés a explosé au Canada, notamment en raison de la popularité des athlètes de l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

Maître incontesté des arts martiaux mixtes au Canada, Georges St-Pierre (surnommé GSP), est considéré comme l’un des meilleurs combattants ultimate poids mi-moyen de tous les temps dans le Ultimate Fighting Championship (UFC).

St-Pierre a un impressionnant parcours professionnel de 26 victoires et 2 défaites (en décembre 2018). Champion poids mi-moyen UFC de 2006 à 2007 et de 2008 à 2013, le Québécois détient le record du plus de titres défendus dans la catégorie poids mi-moyen de l’UFC avec 9 titres. De retour à la compétition après une pause, le Canadien remplit les salles à chacun de ses combats, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Le Réseau des Sports (RDS) a prolongé début décembre son entente avec l’UFC afin de conserver les droits exclusifs de diffusions pour les prochaines années.Les droits de diffusion incluent 22 événements Fight Night par année, ainsi que les combats des cartes préliminaires de 12 combats à la carte annuellement.


Gagner de l’argent grâce au sport

ValleyGames Pari SportifUne façon amusante et facile de se faire de l’argent grâce au sport est le pari sportif, qui implique le plus souvent de parier sur le résultat d’une compétition sportive. Certains sites de casino en ligne poussent l’exercice un peu plus loin et permettent toutes sortes de déclinaisons au pari sportif, allant jusqu’à accepter des mises sur la couleur des boissons sportives pendant le Super Bowl !

L’exercice peut sembler intimidant aux novices, mais les rudiments peuvent s’apprendre assez rapidement et les meilleurs sites savent proposer une interface simple et accessible. Pour parier, il faut placer une mise (une somme d’argent) sur un ou plusieurs évènements possibles. L’exemple le plus simple en pari sportifest le suivant :

  • Option 1 : victoire à domicile (1)
  • Option 2 : match nul (N)
  • Option 3 : victoire à l’extérieur (2)

Dans le cas où vous devinez correctement le résultat d’un match sur lequel vous avez parié, la somme empochée dépend de ce qu’on appelle la cote. Mis simplement, la cote est un coefficient multiplicateur défini par des spécialistes en pari sportif en fonction du risque encouru. Cette cote peut être ajustée en fonction du nombre de parieurs qui participent, parfois jusqu’à la dernière minute avant le début d’un match. Si votre prédiction se concrétise, votre mise sera multipliée par la cote pour déterminer votre gain. Gardez en tête que votre gain diffère de votre bénéfice. Pour déterminer si votre pari sportifest rentable, il ne faut pas oublier de soustraire du gain la mise initiale.

Au Canada, plusieurs choix s’offrent à vous lorsqu’il s’agit de choisir votre site de pari sportif. Ce ne sont pas tous les sites de casino en ligne qui comportent une section dédiée au pari sportif, et à l’inverse, tous les bookmakers ne proposent pas forcément de machines à sous ou de jeux de table.

Sur ValleyGames, vous pouvez consulter des revues indépendantes des sites de casino en ligne et de pari sportif ouverts aux Canadiens.ValleyGames.ca proposons également visiteurs des conseils sur le pari sportif et des guides de stratégies pour maximiser vos chances de gagner.